Les 10 Meilleurs Produits Oméga-3 Et Huile De Poisson En 2018

Anders Nedergaard
af Anders Nedergaard - PhD & MSc

Vous recherchez la meilleure huile de poisson ? Candidlab a analysé et évalué la teneur en oméga-3 de chaque produit. Le prix a été évalué par rapport aux autres solutions sur le marché. Découvrez ici les 10 meilleures huiles de poisson en 2018 maintenant.

Sorter og filtrer

Nulstil

Sorter

Filtre

LA MEILLEURE HUILE DE POISSON OMÉGA-3 SUR LE MARCHÉ

  • Myprotein Omega 3

    1. Myprotein Omega 3

    Myprotein Omega 3
    Note totale 8.9
    Note totale
    8.9
     

    1. Myprotein Omega 3

    Myprotein Omega 3 est le meilleur supplément d’huile de poisson disponible sur le marché. C’est un complément effectif qui couvre 100 % de la dose journalière recommandée par l’EFSA concernant les importants acides gras oméga-3 EPA et DHA. De plus, Myprotein Omega 3 est un des suppléments d’oméga-3 les moins chers sur le marché avec un prix journalier de 0.11 euros.

    8.9
    Fournisseur Prix Transport Total  
    Myprotein 8.44 € 4.99 € 13.43 € Aller à la boutique
    Nu3 13.89 € 4.99 € 18.88 € Aller à la boutique
  • 2. Olimp Gold Omega 3

    Olimp Gold Omega 3
    Note totale 8.6
    Note totale
    8.6
     

    #2 Olimp Gold Omega 3

    Olimp Gold Omega 3 est le deuxième meilleur complément d’oméga-3 de nos tests. Il satisfait aux recommandations journalières de l’EFSA (Sécurité européenne de sécurité des aliments), le qualifiant de produit pertinent. Le prix est également favorable avec une portion journalière à 0.15 euros.

    8.6
    Fournisseur Prix Transport Total  
    Body & Fit 14.5 € 3.95 € 18.45 € Aller à la boutique
    Optigura 14.49 € 5.47 € 19.96 € Aller à la boutique
    Fitness Boutique 14.9 € 9.9 € 24.8 € Aller à la boutique
  • 3. Ironmaxx Platinum Omega 3

    Ironmaxx Platinum Omega 3
    Note totale 8.5
    Note totale
    8.5
     

    #3 Ironmaxx Platinum Omega 3

    Ironmaxx Platinum Omega 3 arrive à la troisième place, en dépit d’une quantité raisonnable d’oméga-3 à un prix convenable. Cependant, c’est la marge qui fait la différence dans cette catégorie de produit. La dose quotidienne vous apporte 580.0 mg d’EPA et DHA suffisant à saturer les bienfaits pour la santé de l’huile de poisson selon les directives en vigueur. En plus de cela, le prix pour un usage quotidien est de 0.22.

    8.5
    Fournisseur Prix Transport Total  
    Nu3 8.49 € 4.99 € 13.48 € Aller à la boutique
    Nutrisport Performances 11.9 € 3.99 € 15.89 € Aller à la boutique
    Vitalabo 9.99 € 6.9 € 16.89 € Aller à la boutique
  • 4. Self Omninutrition Active Marine O3

    Self Omninutrition Active Marine O3
    Note totale 8.5
    Note totale
    8.5
     

    #4 Self Omninutrition Active Marine O3

    Ce complément d’oméga-3 est confortablement classé parmi les trois meilleurs, avec une bonne performance pour la note de qualité, tout en ayant un prix raisonnable. Des choix meilleurs sont disponibles sur le marché mais ce complément reste toutefois un choix pertinent.

    8.5
    Fournisseur Prix Transport Total  
    Prozis 9.99 € 0 € 9.99 € Aller à la boutique
    Amazon 14.99 € 0 € 14.99 € Aller à la boutique
  • 5. Biotech Omega 3

    Biotech Omega 3
    Note totale 8.2
    Note totale
    8.2
     

    #5 Biotech Omega 3

    Biotech Omega 3 coûte 0.33 euros par jour et se place dans le tiers central des suppléments d’huile de poisson testés. Le prix n’est pas assez compétitif pour permettre à ce produit de faire partie des meilleurs produits disponibles sur le marché.

    8.2
    Fournisseur Prix Transport Total  
    Prozis 14.77 € 0 € 14.77 € Aller à la boutique
    Optigura 11.89 € 5.47 € 17.36 € Aller à la boutique
    Toutelanutrition 11.7 € 5.9 € 17.6 € Aller à la boutique
Sorry. No products match that filter or combination of filters. Please remove one of more filters to see the product ranking.

COMMENT NOUS ÉVALUONS LES SUPPLÉMENTS D'HUILE DE POISSON OMÉGA-3

Les suppléments d’omega-3 sont notés selon le prix et l’efficacité attendue (qualité). Le processus d’évalution et de calcul de la note de prix se trouve sur la page « Comment nous évaluons » alors que celui de la note de qualité est décrit ci-dessous. Prix ​​et qualité sont reflétés équitablement dans la note totale. Nous examinons principalement la qualité des oméga-3 et des produits d’huile de poisson en fonction de leur teneur en acides gras oméga-3 EPA (acide eicosapentaénoïque) et DHA (acide docosahexaénoïque).

Acides gras essentiels

Il n’existe que deux groupes essentiels d’acides gras. Le mot essentiel fait référence au fait que notre corps ne peut les produire. Par conséquent, nous avons besoin d’intégrer ces deux groupes d’acides gras soit par notre alimentation soit par une supplémentation afin de maintenir la fonction régulière et de rester en bonne santé. Le premier groupe est celui des acides gras oméga-3 ALA (acide alpha-linolénique) et le second, celui des acides gras oméga-6 LA (acide linoléique).

Les acides gras oméga-3

La recherche a montré qu’il y a au moins 6 acides gras oméga-3 physiologiques pertinents présents dans la nature à des degrés divers. Cependant, les plus importants, d’un point de vue physiologique, sont les ALA, les EPA et les DHA. Les ALA se trouvent dans les plantes – surtout dans les graines et les graines de lin. Notre corps transformera les ALA, à travers une longue chaîne de parcours chimiques, en EPA et DHA. La grande majorité des effets physiologiques liés à des acides gras oméga-3 sont dérivés des EPA et des DHA. La raison probable est que les deux sont transformés en une variété de substances remarquables, les plus importantes étant les prostaglandines et les leucotriènes. Ces substances remarquables agissent comme des anti-inflammatoires et aident à réguler le système immunitaire, le métabolisme, la récupération, la cicatrisation des plaies et plus encore (1, 2).

Comme mentionné précédemment, les ALA sont tranformés en EPA et en DHA dans le corps. Les EPA peuvent être également transformés en DHA et vice-versa (mais ne peuvent pas être retransformés en ALA). Cependant, la transformation n’est pas toujours efficace et peut être compromise par des maladies métaboliques (tel que le diabète), des polymorphismes génétiques ou de la consommation élevée d’acides gras oméga-6. Cela signifie que la consommation d’EPA et de DHA, qu’elle provienne de l’alimentation ou de la supplémentation, est supérieure à celle des ALA et des acides gras oméga-3 restants, en répondant aux besoins corporels pour les acides gras oméga-3 et les cytokines en aval et les hormones qu’ils engendrent.

Et pourquoi pas les acides gras oméga-6 ?

Les acides gras oméga-6 fonctionnent de la même manière que les oméga-3, par le fait qu’il y a quelques acides gras oméga-6 physiologiques pertinents qui peuvent être trouvés dans la nature. De plus, les principaux effets des acides gras oméga-6 sont dérivés des prostaglandines et des leucotriènes fabriqués à partir d’acides gras oméga-6 (qui sont différents de ceux dont sont transformés les acides gras oméga -3).

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles il est généralement inapproprié d’augmenter la consommation d’acides gras oméga-6. Tout d’abord, plusieurs de ces substances remarquables, que notre corps produira à partir des acides gras oméga-6, sont pro-inflammatoires. Deuxièmement, la plupart des personnes reçoivent déjà beaucoup d’oméga-6 de leur alimentation et troisièmement, les oméga-6 sont en concurrence avec les oméga-3 pour certains de ces mêmes enzymes, ce qui veut dire qu’un déséquilibre dans les rapports entre les deux peut grandement influencer quels prostaglandines et leucotriènes sont produits.

Pour ce motif, les revues scientifiques mentionnent souvent que l’équilibre entre les oméga-3 et les oméga-6 dans l’alimentation a une signification indépendante, en plus des quantités absolues d’acides gras oméga-3 et 6 consommées. Le régime alimentaire occidental a typiquement un ratio entre oméga-6 et 3 compris entre 50:1 et 100:1, tandis que le ratio optimal proposé est compris entre 4:1 et 1:1 (3).

Que fait la supplémentation d'oméga-3

Dans le cas d’apport insuffisant d’acides gras oméga-3 ou peut-être un faible ratio de l’apport entre oméga-3 et oméga-6, la supplémentation d’acides gras oméga-3 peut offrir une gamme d’effets biologiques intéressants.

La supplémentation d’oméga-3 réduit le niveau des triglycérides (graisses) dans le sang. Cet effet est observé aussi bien chez les sujets en bonne santé que chez les personnes qui ont un taux de triglycérides élevé (4).

La supplémentation d’oméga-3 diminue la pression sanguine selon certaines études, pas toutes. Une diminution de la pression artérielle a été observée principalement chez les personnes ayant commencé avec une pression artérielle élevée (5, 6).

Il est généralement rapporté que la supplémentation d’oméga-3 a des propriétés anti-inflammatoires et bien que cela puisse être vrai, la description est vague. La recherche scientifique a montré que la supplémentation d’oméga-3 peut réduire la douleur dans des conditions où l’inflammation joue un rôle central. Par exemple dans les cas de goutte inflammatoire (7-10).

Si une personne a déjà eu un caillot de sang, il est très bien documenté que la supplémentation d’oméga-3 réduit considérablement le risque de mourir d’un autre caillot de sang – jusqu’à 30 % (11). Pour la population en bonne santé, la preuve est moins claire. Certaines études observent une diminution de la mortalité, alors que d’autres non (12-14).

Le DHA est également particulièrement important lors du développement du fœtus pour la formation du cerveau. Les organismes de santé publique ont des recommandations spécifiques pour l’apport en DHA pendant la grossesse dans la plupart des pays.

Comment nous évaluons les compléments d'huile de poisson oméga-3

Lorsque nous calculons la note de qualité, les poids individuels des acides gras essentiels d’oméga-3 sont les suivants : ALA : 20%, EPA : 40% et DHA : 40%. Pour chacun de ces trois acides gras, nous les notons de façon linéaire jusqu’à 1600 mg de ALA, 250 mg d’EPA et 250 mg de DHA, obtenant 100% de la note seuil et au-dessus. En outre, pour chacun des ingrédients, les notes maximales continuent jusqu’à mi-chemin vers la limite de l’AMT (Apport maximal tolérable). Si le contenu d’un complément dépasse cette limite, la note baissera, de façon linéaire, jusqu’à ce qu’elle revienne à zéro, à la limite de l’AMT. Il n’y a pas d’AMT pour les ALA mais il est de 1800 mg pour les EPA et 3200 mg pour les DHA. A noter que toutes ces valeurs sont analysées par portion telles que définie par le fabricant.

FAQ

Quelle est l'apport recommandé ?

En Europe, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) recommande un apport de 250 mg au total d’EPA et de DHA pour la population en général. Pour une femme enceinte, l’apport de DHA doit être augmenté de 100 à 200 mg (15). En Scandinavie, il est recommandé que 1 % de la consommation énergétique quotidienne doive provenir d’acides gras d’oméga-3 – cette recommandation ne se concentre pas exclusivement sur des EPA et DHA (16). Aux États-Unis, il est recommandé par l’Institut de médecine que les hommes adultes doivent consommer 1600 mg d’ALA et un minimum de 160 mg d’EPA + DHA. De plus, ils recommendent 1100 mg d’ALA et un minimum de 110 EPA + DHA pour les femmes (17). Cette recommandation peut provenir, dans des circonstances normales, de la consommation de poisson gras deux à trois fois par semaine (il y a entre un et deux grammes d’EPA et DHA au total pour 100 grammes de poisson gras comme le saumon et le hareng).

Peut-on consommer trop d'oméga-3 ?

Il est possible consommer trop d’oméga-3, puisque la plupart des substances remarquables, que les acides gras essentiels ont transformé, peuvent avoir des effets biologiques pertinents. L’une des plus grandes préoccupations sont des troubles hémoragiques et la capacité de réguler le système immunitaire de façon appropriée. Le panel de sécurité de l’EFSA a examiné les publications et indique que des quantités combinées d’EPA et de DHA jusqu’à 5 grammes par jour, et jusqu’à 1,8 grammes d’EPA seul par jour, sont considérées comme sûres pour les personnes adultes (18).

Qu'en est-il du rancissement des toxines environnementales et des métaux lourds ?

Les métaux lourds se lient aux tissus adipeux et à certaines protéines dans le corps. C’est pourquoi les métaux lourds sont de plus en plus concentrés dans la chaîne alimentaire. Dans l’océan, les grands poissons prédateurs sont au sommet de la chaîne alimentaire et donc là où les métaux lourds et autres toxines environementales, sont le plus concentrés. Par conséquent, cela suscite des préoccupations quant à savoir si les humains ingèrent trop de métaux lourds en consommant du poisson gras ou de l’huile de poisson.

De même, les acides gras poly-insaturés sont sensibles à l’oxydation – appelée communément rancissement. Le corps ne peut pas utiliser des acides gras oméga-3 oxydés, ce qui explique pourquoi le rancissement provoque une perte d’acides gras biologiquement pertinents. En outre, le rancissement se traduit généralement aussi par un goût et une odeur accentués de poisson. Il a été avancé que les acides gras rances pouvaient avoir un effet négatif. Cependant, il n’y a pas beaucoup de recherches disponibles. L’EFSA l’a mis en point de référence et a conclu qu’actuellement aucune preuve ne suggérait que le rancissement pouvait rendre les produits à base d’huile de poisson dangereux (19, 20). Le rancissement (oxydation) réduit la quantité d’EPA et de DHA et donc rend l’huile de poisson biologiquement moins active. Cependant, il n’existe aucune raison de relier le rancissement à d’éventuels effets indésirables. Il est peu important qu’ils n’aient pas vérifé le rancissement et que la plupart des études scientifiques aient été faites avec de l’huile de poisson. Cela signifie que la plupart des compléments utilisés dans ces études ont des degrés divers de rancissement et trouvent encore des bienfaits pour la santé, comme précédemment souligné.

Au Danemark, l’organisation des consommateurs « Tænk » a récemment testé dix produits différents à base d’huile de poisson pour les métaux lourds et le rancissement. Ils ont constaté que les niveaux de toxines environnementales et des métaux lourds étaient bien en dessous des niveaux autorisés pour tous les produits. En outre, la majorité d’entre eux était complètement sans toxines environnementales et sans rancissement. Cela indique que la contamination n’est pas un problème, tout du moins dans ce test.

Il existe des programmes de certification internationaux, comme l’IFOS, où les marques, producteurs ou fabricants peuvent faire tester leur produit d’huile de poisson. En réussissant le test, ils obtiennent la certification de pureté mais il n’y a acune preuve suggérant qu’il est associé à une meilleure activité biologique dans les suppléments d’huile de poisson.

Liste de références

  1. Arterburn LM, Hall EB, Oken H. Distribution, interconversion, and dose response of n−3 fatty acids in humans. Am. J. Clin. Nutr. 2006;83(6):S1467–1476S.
  2. Wall R, Ross RP, Fitzgerald GF, Stanton C. Fatty acids from fish: the anti‐inflammatory potential of long‐chain omega‐3 fatty acids [Internet]. Nutr. Rev. [published online ahead of print: 2010];http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1753-4887.2010.00287.x/full. cited
  3. Simopoulos AP. The importance of the ratio of omega-6/omega-3 essential fatty acids. Biomed. Pharmacother. 2002;56(8):365–379.
  4. Friedberg CE, Janssen MJ, Heine RJ, Grobbee DE. Fish oil and glycemic control in diabetes. A meta-analysis. Diabetes Care 1998;21(4):494–500.
  5. Colussi G, Catena C, Novello M, Bertin N, Sechi LA. Impact of omega-3 polyunsaturated fatty acids on vascular function and blood pressure: Relevance for cardiovascular outcomes. Nutr. Metab. Cardiovasc. Dis. 2017;27(3):191–200.
  6. Miller PE, Van Elswyk M, Alexander DD. Long-chain omega-3 fatty acids eicosapentaenoic acid and docosahexaenoic acid and blood pressure: a meta-analysis of randomized controlled trials. Am. J. Hypertens. 2014;27(7):885–896.
  7. Senftleber NK et al. Marine Oil Supplements for Arthritis Pain: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Trials [Internet]. Nutrients 2017;9(1). doi:10.3390/nu9010042
  8. Lewis JS, Sandford FM. Rotator cuff tendinopathy: is there a role for polyunsaturated Fatty acids and antioxidants?. J. Hand Ther. 2009;22(1):49–55; quiz 56.
  9. Goldberg RJ, Katz J. A meta-analysis of the analgesic effects of omega-3 polyunsaturated fatty acid supplementation for inflammatory joint pain. Pain 2007;129(1-2):210–223.
  10. Lee Y-H, Bae S-C, Song G-G. Omega-3 polyunsaturated fatty acids and the treatment of rheumatoid arthritis: a meta-analysis. Arch. Med. Res. 2012;43(5):356–362.
  11. Bucher HC, Hengstler P, Schindler C, Meier G. N-3 polyunsaturated fatty acids in coronary heart disease: a meta-analysis of randomized controlled trials. Am. J. Med. 2002;112(4):298–304.
  12. Hooper L et al. Risks and benefits of omega 3 fats for mortality, cardiovascular disease, and cancer: systematic review. BMJ 2006;332(7544):752–760.
  13. Chen G-C, Yang J, Eggersdorfer M, Zhang W, Qin L-Q. N-3 long-chain polyunsaturated fatty acids and risk of all-cause mortality among general populations: a meta-analysis. Sci. Rep. 2016;6:28165.
  14. Wan Y, Zheng J, Wang F, Li D. Fish, long chain omega-3 polyunsaturated fatty acids consumption, and risk of all-cause mortality: a systematic review and dose-response meta-analysis from 23 independent prospective cohort studies. Asia Pac. J. Clin. Nutr. 2017;26(5):939–956.
  15. EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition, and Allergies (NDA). Scientific Opinion on Dietary Reference Values for fats, including saturated fatty acids, polyunsaturated fatty acids, monounsaturated fatty acids, trans fatty acids, and cholesterol. EFSA Journal 2010(8 (3)):1461–1568.
  16. Nordic Council of Ministers. Nordic Nutrition Recommendations 2012: Integrating nutrition and physical activity. Nordic Council of Ministers; 2014:
  17. Institute of Medicine et al. Dietary Reference Intakes for Energy, Carbohydrate, Fiber, Fat, Fatty Acids, Cholesterol, Protein, and Amino Acids. National Academies Press; 2005:
  18. EFSA Panel on Dietetic Products NAA (nda). Scientific Opinion on the Tolerable Upper Intake Level of eicosapentaenoic acid (EPA), docosahexaenoic acid (DHA) and docosapentaenoic acid (DPA) [Internet]. EFSA Journal 2012;10(7). doi:10.2903/j.efsa.2012.2815
  19. Cameron-Smith D, Albert BB, Cutfield WS. Fishing for answers: is oxidation of fish oil supplements a problem?. J. Nutr. Sci. 2015;4:e36.
  20. Collins JD et al. Scientific Opinion on Fish Oil for Human Consumption [Internet]. EFSA Journal 2010;8(10).http://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/scientific_output/files/main_documents/1874.pdf. cited

Last modified: 7. août 2018

Tri des produits pour vous...